BENVENUTO   |   Login   |   Registrati   |
Imposta Come Homepage   |   Ricerca Avanzata  CERCA  

EDUCATION/ De France, une prof: comment expliquer la "laïcité" à un élève qui cache une photo des terroristes sous son bureau?

Pubblicazione:

Infophoto  Infophoto

PARIS — J'enseigne dans une école publique tout près de Paris, un de ces collèges (scuola media) de banlieue comme il y en a tant d'autres. La population y est mélangée : les différentes origines sociales, ethniques et religieuses y sont représentées. En apparence, l'exemple parfait de la « mixité » et de la « laïcité » à la française. 

Ces jours-ci, la tension est palpable. La peur, bien sur : nous ne sommes qu'à quelques stations de métro des lieux des drames ; l'école jouxte un lieu stratégique très surveillé, où, selon certaines rumeurs, l'un des trois terroristes en cavale aurait été aperçu jeudi ; hier, un élève éclate en pleurs en plein cours : son père s'est trouvé sur les lieux où la policière a été tuée jeudi matin et il a du trouver refuge sous une voiture en attendant la fin de la fusillade. Les bruits ordinaires (sirène de pompiers, cri dans la rue, pétard d'enfant...) qui, dans la métropole effervescente, passent normalement inaperçus, font dresser l'oreille. Immédiatement, la pensée va aux populations d'autres pays, aux frères d'Irak, de Syrie, du Nigeria, du Pakistan..., où ces évènements sont quotidiens : comment vivent-ils ? Comment portent-ils cette tension qui aiguise chaque sens ?

Mais il n'y a pas que la peur : en entrant en classe, le regard interrogateur des élèves me pénètre. Ils attendent. Bien sur, comme tous, ils ont besoin de se libérer de leur émotion en parlant. Ils ont les yeux pleins de ces terribles vidéos des faits, qui tournent sur Internet, de vraies scènes de guerre qu'ils ont vues en boucle. Mais ils attendent bien plus : une explication, un sens. Comment expliquer l'innommable à des adolescents entre 11 et 16 ans ? Quels mots peuvent rendre compte du mystère du mal, de la violence aveugle et absurde ? Et comment avoir ce dialogue avec les élèves sans enfreindre les règles de la "laïcité" ?

Au lendemain de l'attentat à Charlie Hebdo, tous les enseignants de France ont été destinataires d'un message de leur ministre, Najat Vallaud-Belkacem. Elle insiste à juste titre sur le rôle essentiel de l'école pour combattre la barbarie : il nous appartient de « transmettre les valeurs fondamentales de liberté, d'égalité, de fraternité et de laïcité. L'école de la République transmet aux élèves une culture commune de la tolérance mutuelle et du respect ». 

Sauf que cette culture commune n'est pas si évidente que l'on veut s'en persuader. Plusieurs de nos élèves ne partagent pas notre consternation face aux évènements. Il a fallu user de toute notre autorité pour obtenir de tous le respect de la minute de silence nationale, et certains jeunes n'ont pas caché leur désapprobation. Une photographie de l'un des terroristes a été retrouvée sous un bureau d'élève. Nous pouvons feindre le consensus, mais c'est un fait objectif qu'une partie non négligeable de notre population pense que ces journalistes ont mérité leur sort, voire que les frères Kouachi sont morts en héros.



  PAG. SUCC. >